Depuis plusieurs années maintenant, de nombreux acteurs sont venus renforcer les rangs de la profession immobilière. Si les agences immobilières avaient jusque-là pignon sur rue, les mandataires immobiliers sont venus changer les règles du jeu, sans pour autant que le client final ne puisse différencier les 2 statuts. Progest fait le point.

Impulsée par de nombreux réseaux nationaux, la profession de mandataire d’agence immobilière a complètement chamboulé le marché de l’immobilier depuis une dizaine d’années maintenant. Si un agent immobilier se doit de détenir une Carte Professionnelle en son nom, et donc de se plier à une lourde réglementation propre à la profession, ces réseaux nationaux permettent à leurs mandataires d’exercer sous une seule Carte Professionnelle, en l’occurence portée par le réseau lui-même. De fait, les réseaux nationaux ont pu attirer dans leur filets de très nombreux/nombreuses nouveaux/nouvelles mandataires, en leur faisant miroiter une rémunération importante et des conditions de travail très avantageuses sous couvert d’accepter de financer eux-même la diffusion de leurs communications et de travailler d’arrache-pied, souvent sans formations préalables ou accompagnements dignes de ce nom. Une vision très libérale des métiers de l’immobilier donc, pas sans conséquences : en effet, sans une parfaite connaissance du métier, ces néo-professionnels de l’immobilier ont parfois autant de mal à se rémunérer qu’à accompagner dans les règles de l’art leurs clients. Alors, et afin de redorrer le blason de la profession d’agent immobilier, le tout dans un souçi de transparence vis-à-vis du consommateur final, la FNAIM (Fédération Nationale des Agences Immobilières) a décidé d’agir.

Profession d’agent immobilier : la FNAIM s’engage

Afin de clarifier la situation, la FNAIM vient d’annoncer la création d’un caducée visant à reconnaître le titre d’Agent Immobilier. Les conséquences sont multiples : d’abord, ne pourront être dénommés agents immobiliers que ceux qui détiennent une Carte Professionnelle en leur nom, et non au nom du réseau pour lequel ils agissent. De facto, cela entraînera une meilleure compréhension des grilles d’honoraires appliquées par les agences immobilières depuis l’instauration de la Loi Elan en 2017. De plus, les réseaux de mandataires immobiliers se devront de respecter leur dénomination de façon très scrupuleuse, sans quoi ils pourraient être punis d’une amende de 7 500 € et d’une peine d’emprisonnement de 6 mois en cas d’utilisation du titre d’agent immobilier ! Enfin, et de sorte à ce que chaque profesionnel nouvellement arrivé dans le monde de l’immobilier puisse conseiller ses clients de la meilleure des manières, chaque agence immobilière se devra au préalable de former et de faire monter en compétences sa force de vente.

Progest, votre agence immobilière à Montpellier et Béziers

Membre active de la FNAIM dans le département de l’Hérault et présente sur les secteurs de Béziers et de Montpellier depuis 15 ans, l’agence Progest soutient la création de ce caducée et se félicite de l’avancée de la reconnaissance officielle du statut d’Agent Immobilier. Au quotidien, nous nous efforçons de continuellement nous adapter aux réglementations en vigueur pour vous apporter le plus de sécurité et de clarté possible. Nos experts de l’immobilier sont tous titulaires d’une Carte Professionnelle comme la loi l’oblige, et peuvent fièrement porter le titre d’Agent Immobilier ! Alors, quels que soient vos projets immobiliers, pensez aux agences et choisissez Progest si vous souhaitez confier la gestion de votre bien à des spécialistes du domaine.